Devenir auto-entrepreneur dans le sport : avantages et inconvénients ?

Vous souhaitez lancer votre propre activité dans le domaine du sport. Et le statut d’auto-entrepreneur semble le bon moyen de commencer. Le statut juridique d’auto-entrepreneur connait un grand succès. Et pour cause, simple et facile à créer, le statut permet également de bénéficier d’avantages fiscaux certains. Avant de vous lancer dans l’aventure en auto-entrepreneur, voici un récapitulatif de ses avantages et de ses inconvénients.

Devenir auto-entrepreneur dans le sport : avantages et inconvénients ?

Être auto-entrepreneur dans le sport : une démarche facile pour un régime social simplifié

Le statut d’auto-entrepreneur offre souplesse et facilité, particulièrement appréciées par ceux qui souhaitent se lancer dans le domaine du sport. Voici ses principaux avantages :

  • Des formalités de déclaration faciles

Quelques minutes sur internet suffisent pour créer votre statut, sur le site des auto-entrepreneurs. Il vous suffit de déclarer votre activité en ligne. Quelques semaines plus tard, un numéro de SIRET vous sera attribué. Il vous permettra d’obtenir un compte en ligne sur lequel vous pourrez directement réaliser vos déclarations mensuelles ou trimestrielles de chiffre d’affaires.

  • Un régime fiscal simplifié

Si votre chiffre d’affaire est nul, vous n’avez ni charges ni impôts à payer. Vous devrez cependant vous acquitter de la CFE (Cotisation foncière des entreprises), mais en êtes dispensé la première année d’activité. En tant qu’auto-entrepreneur, vous êtes soumis au régime fiscal de la micro-entreprise, qui vous permet de bénéficier de l’exonération de TVA. Vous pouvez également choisir le prélèvement fiscal libératoire, qui est une forme de prélèvement à la source de l’impôt sur le revenu.

  • Une comptabilité allégée

Pas besoin d’établir de comptes annuels, l’auto-entrepreneur doit simplement établir un livre de recettes et un registre des achats.

Des limites en termes de protection et de garantie

Si le statut d’auto-entrepreneur s’avère pratique, il regroupe certains inconvénients.

  • Pas de protection des risques

Votre patrimoine n’est pas protégé contre les risques liés à votre activité. En cas de non-paiement de vos dettes professionnelles, vos biens pourront être saisis. Il est cependant possible de réduire la responsabilité de l’auto-entrepreneur en optant pour le statut de l’EIRL ou en effectuant une déclaration d’insaisissabilité.

  • Pas de couverture chômage

En tant qu’auto-entrepreneur, vous ne pourrez prétendre à l’assurance-chômage en cas de perte d’activité, à moins que vous n’ayez souscrit une assurance privée.

  • Un chiffre d’affaires limité

Pour bénéficier du statut d’auto-entrepreneur, il faut respecter certains plafonds en termes de chiffre d’affaires annuel : jusqu’à 70 000€ hors-taxe pour les activités de prestations de service. Au-delà de ce seuil, l’auto-entreprise n’est plus possible et il faut choisir un autre statut juridique, l’entreprise individuelle, la SASU, l’EURL.

Articles associés

%s